mercredi 27 décembre 2017

Les m’as-tu-vu de la protection animale


Charles Danten

En pleine démonstration de ses grandes qualités humaines,
BB fait son cinéma... noblesse oblige.

Les éthiciens, les juristes et les avocats spécialisés en droit animal, les adeptes du véganisme de même que les groupes animalitaires 
comme la Fondation Brigitte Bardot, voire les groupes écologiques comme Greenpeace et le Fonds mondial pour la nature (WWF), 
tous en théorie sympathiques à la cause des animaux et de la nature sont, paradoxalement, les défenseurs et les promoteurs les plus 
ardents du statu quo.

Selon l’ethnologue, Sergio Dalla Bernardina, « l’action des militants animalitaires est éminemment symbolique; ce qui semble être une quête d’innocence est dans les faits une comédie de l’innocence répondant à des ambitions purement égocentriques ».

Cette machination culturelle sert notamment à résoudre les tensions morales suscitées par notre style de vie en cultivant l’illusion qu’un changement est imminent. En échange, les m’as-tu-vu de la protection animale, qui ne sont, en d'autres mots, que les idiots utiles du système, y gagnent en estime de soi — et la société aussi, car ce sont ses émissaires — dans l’esprit de ce texte de Friedrich Nietzsche extrait de L’Antéchrist :
Lorsqu’on est chargé de tâches sacrées, comme d’amender, de sauver, de racheter les hommes, lorsqu’on abrite la divinité dans sa poitrine, lorsqu’on est le porte-parole d’impératifs de l’au-delà, du seul fait de cette mission, on se trouve d’emblée hors des évaluations purement intellectuelles, soi-même déjà presque sanctifié par cette mission, soi-même déjà l’archétype d’un ordre supérieur !
Ainsi, l’enjeu est moins le changement que l’espoir du changement avec les bonnes émotions qu’ils suscitent. Les cyniques du XVIIe siècle comme La Rochefoucauld étaient fort conscients de cette ruse culturelle qu’ils définissaient comme « l’hommage que le vice paie à la vertu ».

Ce fossé entre les apparences et la réalité passe en général inaperçu, car dans notre culture la cruauté, la violence et la volonté de puissance sont généralement dissociées des bonnes intentions et des bons sentiments. L’exploitation des animaux de compagnie, par exemple, une forme d'exploitation pourtant plus cruelle que les autres par son hypocrisie et sa sophistication est bien perçue précisément parce qu’elle se cache derrière le masque trompeur de l'amour et de la compassion.

dimanche 5 novembre 2017

How PETA Sold Out to the Pet Industry

Ingrid Newkirk, CEO of PETA
The well-intentioned animal activist is born through his ability to identify with suffering animals; he recognizes himself in them. His efforts to change their condition, although sincere, are also an indirect attempt to put an end to his own suffering. (1) But, as he loses himself in action, as he forges friendships with other militants, as he obtains certain results in terms of sympathy capital, as he climbs the ranks of power, his self-love increases to the detriment of his cause.
To better understand the phenomenon, let’s take a close look at the journey of People for the Ethical Treatment of Animals (PETA), the most in-vogue “animalitary” group in the world, with 2 million members and 30 million dollars in donations each year.
PETA was founded in 1980 by Ingrid Newkirk and her associate Alex Pacheco. Originally, this organization was pure, hard-core abolitionist, radically opposing any and all forms of animal exploitation, without exception. As the following citations show, they would have been the first to denounce the exploitation of animals as pets, without compromise:
Let us allow the dog to disappear from our brick and concrete jungles – from our firesides, from the leather nooses and chains by which we enslave it. (3)
The bottom line is that people don't have the right to manipulate or to breed dogs and cats ... If people want toys they should buy inanimate objects. If they want companionship they should seek it with their own kind. (4) 
All forms of exploitation and abuse are wrong. (5)
From the beginning, PETA focused on high-profile interventions. Its leaders especially targeted research laboratories in which vivisection was practiced. With the help of the Animal Liberation Front (ALF), which it fully endorsed at the time, PETA succeeded in infiltrating a number of research centers operating in atrocious conditions and then in forcing them to temporarily close. These results won them considerable media coverage, which translated to a substantial increase in new supporters and, of course, donations.
Little by little, as they gained visibility and power, the heads of PETA relied more and more on their member support. Although in the beginning PETA refused to negotiate on their principles, as they gained notoriety, their dependence on members required making compromises. When they realized that their most faithful supporters were dog and cat owners, Pacheco and Newkirk stopped recognizing pet ownership as exploitation and abuse. To save their image, they also cut ties with ALF. Thanks to these political adjustments, they managed to attract many new fans.
Ingrid Newkirk, the highly visible CEO of this multinational non-profit, has since tirelessly traveled the globe, staging sensational demonstrations and campaigns but without any genuine, worthwhile results. No one in the media would organize a debate on the unfortunate animal condition without inviting Newkirk, who plays her role marvelously. Well-articulated like any committed militant, she has an answer to every question, and her opinion is always sought out by the right-thinking currents of society. She has acquired enormous notoriety and sympathy capital. This represents a spectacular turnaround, further rewarded by juicy corporate donations and a heap of marginal benefits that cannot be measured solely in monetary terms.
One thing has led to another, and PETA has adopted reformism, or small-steps politics. Their objective has become sitting down with authorities to find solutions that will relieve animals of some misery within the framework of continued exploitation. For example, following long negotiations, PETA succeeded in obtaining a promise from the poultry industry – yes, a “promise” – that the perimeter of battery cages would be increased…by two inches! Or was it two centimeters? It doesn’t really matter!
In this way, PETA mutated from its original abolitionist stance into a movement for the defense of animal welfare. Behind a more muscular rhetoric, they share the objectives of welfarists: to improve the animal condition within the status quo. So when you hear the words “animal liberation” or “abolition,” you should understand “slight improvement of the animal condition”; “putting an end to suffering” means “reducing suffering,” which is vague terminology with no substance, and which could be taken to mean anything; and “animal rights” has come to mean “animal welfare.” (6)
What is less recognized, however, is the fact that PETA has meanwhile become the most ultra-sophisticated promoter possible of the pet industry. Its alibi: the very loud and self-righteous war on the more obvious forms of animal abuse like bullfighting, seal hunting and so on. Go to their website, if you are curious, and you will find a host of accessories for pet lovers: t-shirts, instructional manuals, food, cups, buttons, jewelry. These products serve one sole purpose: to touch the hearts of members and thus attract donations. Never mind that in doing so, PETA is promoting the consumption of pets. They have even stooped so low as to sell advertising space to PETCO, one of the biggest pet stores in the world. By a strange twist of fate, Ingrid Newkirk becomes a notorious dog lover: “I don’t have the luxury of having a dog myself because I travel too much, but I love walking and cuddling somebody else’s dog.”
Caught up in their own game, such predatory groups have four major concerns: keeping the secret of their real activities, hiding their multiple collusions with the corporate world that exploits animals on a large scale, finding ways to draw money from their sympathizers, and controlling the information given to journalists to better manipulate public opinion. In order to accomplish all this, says investigative journalist Olivier Vermont, author of the book The Hidden Face of Greenpeace:
[…] these organizations must conserve their façade of efficiency at any price. They do so by orienting their activities towards the sensational and short-term, in order to bluff not only their own militants, but also those who support them financially. Operating mostly in secret, they can go so far as to fool the public regarding the actual results of their campaigns by awarding themselves fictitious crowns of laurel. (7)
Thus, creating an illusion of rigor and demonstrating a certain panache, even insolence, is a primary tactic used to convince the public that an organization’s function is authentic and legitimate. But for all their show, these groups fail to question some of the sacrosanct dogmas that underlie the battles they fight. To sum up their philosophy: We have to be outraged enough to be credible; after all, people aren’t total idiots. We have to give them their money’s worth, but without bringing up the underlying causes of the problem that even we do not want to look at!
As a general rule, because our attention is naturally drawn to the obvious, the true issues escape the radar. This renders them far more persuasive than if they were explicitly stated. Herein lies the most demoniacal aspect of this logic: when we react strictly downhill to consequences without bothering to go uphill and question the legitimacy of their root causes, the founding credo, we only condone and reinforce the source of the problem. (8)
Consider the message behind this slogan, whose aim is to promote “responsible” pet ownership: “Adopting an animal is for life!” On the surface, it caters to the desire to make society kinder towards animals. However, by silently buying into the fallacies of zootherapy*, it does more to nullify the wanted effect of saving animals and to amplify the dreaded effect of consumerism, with all its inseparable atrocities.
This is how people who aim to protect animals end up instead smilingly contributing to the heinousness of the industry. Their involvement within the accepted confines of the present system only gives strength to its basic building blocks. Thus, paradoxically, those who defend animals PETA-style only worsen the problem they are trying to solve precisely because they do so with the exact same frame of mind that created the problem in the first place. This explains, in a nutshell, why the animal condition has deteriorated over the past 300 years and why it will continue to do so. 
There are a thousand hacking at the branches of evil to one who is striking at the root,” says Henry David Thoreau in Walden, “and it may be that he who bestows the largest amount of time and money on the needy is doing the most by his mode of life to produce that misery which he strives in vain to relieve.

*** 
* Zootherapy is a term “that can refer to institutionalized therapy sessions led by health professionals or another such intermediary as well as simply having an animal at home. The word ‘zootherapy’ is thus a generic term designating the positive impact of animals on people,” (9) and to give you the full story, I will add the impact of people on animals, since it is generally agreed that this form of affection is as good for them as it is for us.

** Cognitive dissonance: When confronted with a truth that goes against our beliefs, the result is psychological discomfort arising from the contradiction. There are three ways to resolve it: 1) We can change our perception of things to accommodate the new information received; 2) We can change the opinion of the person who shared the contradictory information, so that he agrees with us; 3) We can simply reject the information by attributing it to beliefs, experiences, frustrations, or another personal motive of the other.)

References

1. Bernardina, Sergio Dalla (2006). L’éloquence des bêtes. Métailié; Boltanski, Luc (1993). La souffrance à distance: morale humanitaire, médias et politique. Métailié; West, Patrick (2002). Conspicuous Compassion: Why Sometimes It Really Is Cruel to Be Kind. Civitas; Digby, Anderson and Mullen, Roger editors (1998). Faking it: The Sentimentalisation of Modern Society. Social Affairs Unit; Hoffer, Eric (1952). The true believer: Thoughts on the nature of mass movements. Perennial Classics.
2. Greenberg, Jeff et al (1996). “Why Do People Need Self-esteem? Converging Evidence That Self-Esteem serves an Anxiety-Buffering Function.” Journal of Personality and Social Psychology; 63 (6): 913.
3. Bryant, John (1983). Fettered Kingdoms: An Examination of a Changing Ethic. PETA.
4. Newkirk, Ingrid. PETA.
5. Newkirk, Ingrid. Wikipedia. The free encyclopedia. Newkirk quotes are all over the Internet.
6. Francione, Gary (1996). Rain without Thunder: The Ideology of the Animal Rights Movement. Temple University Press: a cogent demystification of the animal right’s movement. Too bad Francione, a declared abolitionist, has 5 pets! Herscovici, Alan (1991). Second Nature. The Animal-rights Controversy. Toronto: Stoddart; Boltanski, Luc. “L’opacité du désir.” Work. cited.
7. Vermont, Olivier (1997). La face cachée de Greenpeace: infiltration au sein de l’internationale écologiste. Albin Michel.
8. Reboul, Olivier (1984). Langages et idéologies. Presses Universitaires Françaises.
9. Faure, Gaëlle (2004). “La représentation de l’animal de compagnie dans la vie psycho-affective de l’Homme adulte. Rapport de recherche bibliographique.” École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, France: 47.


jeudi 12 octobre 2017

The Useful Idiots of the Pet Industry

Alice in Wonderland 2

In their book, Welcome Home: An Animal Rights Perspective on Living With Dogs & Catsthe Winograd's from their wonderland mischaracterize my book and evade the real issues altogether. 

My book, Slaves of Our Affection. The Myth of the Happy Pet is about the dark side of today's pet keeping fad. It shows unequivocally that the exploitation of animals on an industrial scale for ideological, recreative, sentimental, financial, and commercial reasons, for example, is detrimental to animals, humans, and nature. This fad is not about love but about careerism, egocentrism, virtue-signalling*, affection-slavery, escape, money, lies, and more lies. 

Down the Rabbit Hole

Yet, the Winograd's do not say a single word in their appreciation of my book about the negative aspects of affection-slavery, which are at the crux of Slaves of Our AffectionThey delve into several common fantasies about how animals think - how the Winograd’s know is a real mystery to me - and how animals choose and enjoy being kept as slaves for mostly trivial reasons. They twist the facts to suit their purpose and fail to mention one of the most important topics of my book: the alleged psychological and physical benefits of pets - which are one of the main causes of the pet phenomena - have been debunked by numerous top-notch quantitative studies. 

Pets like all placebos have a superficial effect on about 30% of pet owners. They do not cure anyone of their mental and physical ills. This explains why so many animals are abandoned and euthanized or kept for life in no-kill shelters ran by delusional or dishonest people who have made a career out of this barbarism with a smiley face. Once people realize they have been fooled by the false allegations of the pet industry and the many useful idiots that promote it under the guise of Animal Rights, love, and compassion, they throw their junk-pets away in some dump euphemistically called "shelter" and buy some other feel-good prop that doesn't bite back or doesn't need to be cleaned, fed or taken out. 

As I explain in my book, dogs and cats did not domesticate themselves as the Winograd's state without giving a single shred of evidence. Someone had to get the ball rolling at one point or another because it goes without saying, animals are obviously unable to practice artificial selection on themselves - it's so obvious, it seems absurd to even have to specify it! Eugenism which is routinely used to create domestic animals is a strictly human thing.

In short, my book is not really about animals, but mostly about humans and how they hide behind good intentions and good sentiments to exploit animals and deceive themselves at the same time. It's about veiled cruelty, the most horrible kind of cruelty there is, much worse than manifest cruelty such as vivisection, trophy hunting, and intensive farming, because it is not at first visible to the naked eye. Unless you are willing to go down the rabbit hole to examine the root causes, like I have done in my book, it escapes the radar altogether.

* Virtue-signalling: expression or promotion of viewpoints, behaviours or actions, that are especially valued within the social group, done primarily to enhance the social standing of the person employing them.

Charles Danten, B.Sc., D.V.M.  M.A.


dimanche 3 septembre 2017

Monsieur Sexe, le mythe du progrès psychologique

Charles Danten

Préambule : dans le vocabulaire politique, l'expression « millénarisme » peut servir à désigner, de manière métaphorique, une forme de doctrine aspirant à une révolution radicale, qui aboutirait à la mise en place définitive d'un ordre social supposé plus juste, et sans commune mesure avec ce qui a existé jusqu'à présent, une sorte de Jardin d'Eden (1).



***
Selon la théorie de Charles Darwin, l’évolution n’a pas de direction ou de but prédéfini. À la suite de mutations génétiques, il se crée de nouvelles formes de vie qui se reproduisent mieux que leurs ascendants, parce qu’elles sont mieux adaptées aux conditions environnementales du moment. Éventuellement, ces descendants modifiés au hasard des mutations finissent par occuper l’ensemble du territoire et former l’essentiel de la population.

L’accumulation successive de variations tire l’ensemble, passivement, dans une direction donnée, sans sélectionneur, de façon automatique. En d’autres mots, il se crée un vide, un espace vacant, tout de suite occupé, de façon fortuite, par la forme de vie la mieux adaptée aux conditions du moment. L’évolution opère silencieusement, par tâtonnements, par avancées et reculs successifs, petit à petit, sans effort et sans heurts ni souffrances pour les espèces qui disparaissent (2).

Ce n’est pas le plus fort, au sens où nous l’entendons habituellement, qui finit par s’imposer, mais le mieux adapté aux conditions du moment. Avec la disparition des dinosaures, par exemple, les mammifères, pourtant plus petits et beaucoup moins forts physiquement, ont pu se multiplier et occuper l’ensemble du territoire, uniquement parce qu’ils avaient désormais toute la place. Dans d’autres circonstances, notre espèce n’existerait sans doute pas. Jusqu’à preuve du contraire, l’émergence de la singularité humaine est due au simple hasard.

La complexité anatomique, physiologique et neurologique peut par ailleurs s’accroître au cours de l’évolution, mais le contraire est aussi vrai. Les parasites, par exemple, qui vivent aux crochets de leur hôte, ont évolué de la complexité à la simplicité en perdant, entre autres, leurs appendices de locomotion. Cela n’empêche pas ces formes néoténiques d’avoir fort bien « réussi », selon des critères strictement biologiques.

Peut-être plus surprenant encore, le succès des espèces les plus résistantes, les plus diversifiées, les mieux adaptées et les plus nombreuses, bref les plus réussies d’un point de vue biologique, est caractérisé par une absence d’évolution. C’est le cas des bactéries qui, même si elles sont en constante mutation, n’ont pratiquement pas changé depuis 3 500 millions d’années (en comparaison, notre espèce a surgi dans sa forme actuelle, il y a à peine 200 000 à 300 000 ans) (3).

Le monde ne se définit pas uniquement par les plantes et les animaux. Le biotope, c’est-à-dire la masse vivante de la planète, est majoritairement composé de bactéries. Ces microorganismes occupent toutes les fissures de l’écorce terrestre, partout où il y a de l’eau, jusqu’à des dizaines de kilomètres de profondeur. Elles vivent même dans les glaces, les déchets radioactifs des usines nucléaires, les sources thermales, les cratères volcaniques, à des températures supérieures au point d’ébullition, ainsi que dans les fonds marins, à des profondeurs abyssales. Ces êtres se nourrissent, entre autres, de pétrole, de soufre, de méthane, voire de métal. Notre corps, les animaux et les plantes hébergent des milliards de ces organismes élémentaires. Il y a plus de bactéries dans l’intestin d’un seul individu qu’il n’y a eu d’humains dans toute l’histoire. Même les constituants cellulaires de notre corps, celui des autres animaux et des plantes, sont des amalgames de bactéries. Ce sont ces microorganismes qui définissent les caractéristiques biologiques de la planète (4). Et tout ce monde bactérien est complètement insensible à ce que nous, pauvres humains, pouvons faire en surface.

Même si nous faisions disparaître 90 % des espèces vivantes, que ce soit par une guerre nucléaire, la pollution, le changement climatique ou la destruction des habitats, les bactéries continueront à se multiplier et à créer de nouvelles formes de vie. Nos déchets deviendront les substrats de ces nouvelles espèces, mieux adaptées à la réalité du moment, et dont nous aurons favorisé l’éclosion. Si nous venons à disparaître, notre passage sur terre quelques millions d’années plus tard, une poussière sur l’échelle géologique du temps, sera complètement oblitéré. La vie est bien plus forte que nous. La terre n’est nullement en danger. Si quelqu’un risque d’y laisser sa peau, c’est bien Homo sapiens sapiens, ce petit prétentieux qui se prend pour un Dieu.

Naturellement, pour une personne élevée dans le dogme chrétien, juif ou musulman ce qui vient d’être décrit est du charabia. Le problème se situe notamment dans l’emploi malheureux du terme « évolution ». Traditionnellement, ce mot évoque un changement progressif vers une fin plus accomplie qu’au départ et prédéfinie par un mode d’emploi quelconque. Et c’est précisément le problème. « Pour plusieurs personnes, constate l’historien de la science, Thomas Khun, l’abolition d’un type d’évolution téléologique (évolution vers une fin plus stable et prédéterminée) est l’aspect le plus incompréhensible, contradictoire et indigeste de la théorie de Darwin (5). »

S’ils ne la rejettent pas totalement, bon nombre de gens ont tendance à plaquer sur cette théorie leur propre interprétation du monde, selon la doxa socialiste ou communiste des mondialistes, par exemple. Dès lors, l’évolution, notamment celle de notre espèce, est généralement perçue comme un long chemin de Damas du plus simple au plus complexe, du singe à l’homme, du sauvage au civilisé, de la violence à la non-violence, du désordre à l'ordre, de l'injustice à la justice, de la méchanceté à la bonté, de la guerre à la paix. Ce mythe du progrès psychologique, en d'autres mots, le millénarisme, déforme notre vision du monde en nous faisant croire qu’à force de se raisonner l’humanité va réaliser, tôt ou tard, son idéal humain.

Or, en relisant les livres anciens, on prend conscience que tout a déjà été dit et que les problèmes d’aujourd’hui sont plus ou moins ceux d’hier. Les artistes de l’art rupestre des grottes de Lascaux, les hommes de l’antiquité, ceux du moyen âge et de l’ère moderne et postmoderne sont essentiellement identiques psychologiquement.

Sous un verni plus ou moins épais, l’homme est toujours esclave des pulsions qui se sont modelées au cours des millions d’années où il a vécu dans l’Environnement évolutif de nos ancêtres. Comme le dit Steven Pinker, de l’Université Harvard, « 99,9 % de notre évolution a eu lieu dans la nature » (6). Sur une échelle de 24 heures, cette période représente 23 heures et 59 minutes. C’est à cette époque que se sont forgés par sélection naturelle nos instincts. Or, dix mille ans de civilisation, soit une minute sur cette même échelle de 24 heures, ont très peu de poids dans la balance. Aucun mode d’emploi n’est plus fort que celui de la nature. 

« Ainsi les quelques siècles de civilisation, après la découverte du feu, dont nous sommes si fiers, souligne Maurice Mathis l’auteur de, La vie des poux, ne sont-ils qu’un laps de temps infime au regard des immenses époques géologiques au cours desquelles nous avons peu à peu évolué, portant au plus profond de nous-mêmes les inscriptions d’un passé prodigieux. Tant que l’homme n’aura pas déchiffré ces inscriptions, tant qu’il n’aura pas pris une entière conscience de tous ces éléments déposés en lui-même, comme des laves ardentes et mal éteintes, il ne se comprendra pas. (7) »

Le progrès psychologique, le millénarisme ou le Darwinisme social ou moral, que tous les bien-pensants de la terre poursuivent avec un entêtement catastrophique pour notre espèce, est une illusion, une chimère, une utopie. On n’efface pas son animalité aussi facilement en suivant un mode d’emploi de son invention. Nous sommes des êtres reptiliens, nos instincts sont inscrits pour toujours dans nos neurones. Sous un vernis culturel plus ou moins épais, la vie pour la plupart d’entre nous est comme elle a toujours été depuis que l’humanité est sortie de l’état de nature : une lutte impitoyable contre les instincts, un périple inéluctable vers la mort ponctué ici et là par quelques giclées de bonheur.

Prenez, par exemple, l’anecdote suivante tirée du livre, Petichism, de la sociologue américaine, Kathleen Szasz (8). Cette histoire m’a bouleversé sans doute parce que je redoute moi-même la violence qui m’attend peut-être, en fin de vie, lorsque je ne serais plus bon à rien. J’ai vu à la télévision un reportage sur ces vieux qui sont martyrisés, la plupart du temps par des proches, un conjoint, une sœur, une fille ou un fils. Imaginez. Pour cette raison entre autres, n'en déplaise à John Lennon, George Soros, Justin Trudeau et à tous leurs clones mondialistes, par exemple, je doute fort que la culture puisse vaincre la nature. Nous le saurions autrement… depuis le temps. Chassez le naturel et il revient toujours au galop.

Voici donc cette anecdote qui fait le pont entre les années soixante et aujourd’hui et entre la réalité et l'idéal. J’ai appelé cet article « Monsieur Sexe » parce que je trouve que ce nom sied bien à Monsieur S, le personnage principal :

« À 60 ans, Monsieur S. perdit sa femme après trente ans de mariage, au moment précis où ses infidélités répétées ne nuisaient presque plus à la quiétude de son couple. L‘année suivante, à peine remis de son deuil, il s’éprend d’une veuve dix ans plus jeune que lui, qu’il refuse de marier pour rester libre. À 65 ans, il prend sa retraite avec une bonne pension, tout en continuant à toucher un salaire d’appoint en travaillant à temps partiel comme comptable. Fier de sa personne et toujours aussi bon vivant, il tenait son logement à carreau, lisait, écoutait de la musique, regardait la télévision et, comme passe-temps, se mit à cuisiner. Il invitait régulièrement sa fille et ses petits enfants à des repas gastronomiques préparés avec soins. Il adorait faire des cadeaux. Monsieur S. était un homme heureux, généreux, aimé et respecté autant par sa maîtresse que sa famille.

À l’âge de 70 ans, il vécut coup sur coup deux drames qui allaient changer sa vie, considérablement : sa maîtresse mourut d’un cancer et sa vue commença à décliner, rapidement. Or, comme il ne pouvait plus travailler, lire ou regarder la télévision, il adopta une petite chienne à la SPCA locale pour meubler sa vie soudainement devenue mortellement ennuyeuse. Il traitait Lila, un bâtard tout ce qu’il y a de banal, avec autant de considération et d’affection qu’il avait eue pour sa femme et sa maîtresse. Et c’est peu dire. Lila couchait à côté de lui dans son lit et mangeait ses repas à la table, dans une assiette, assise sur une chaise. Sa fille se moquait de sa nouvelle «conquête » alors que ses enfants l’adoraient.

Peu de temps après, la vue de Monsieur S. se détériora davantage, au point de lui faire perdre son autonomie. Comme sa pension était devenue insuffisante pour payer les frais additionnels entraînés par une assistance d’appoint, il tomba du jour au lendemain dans la précarité. C’est à ce moment-là que sa fille a insisté pour qu’il déménage chez elle, en lui offrant une chambre et une sale de bain personnelle. Il accepta, mais à contrecœur, à la seule condition que sa chienne Lila puisse l’accompagner.

Avant longtemps, l’attitude de sa fille changea du tout au tout. Elle commença à le traiter comme un « vieux », lui dictant ses quatre volontés, exactement comme elle faisait avec ses enfants. Inconsciemment, mais systématiquement, elle se mit à détruire l’amour propre de son père. 

Dans un premier temps, l’accès à la cuisine lui fut interdit même si cuisiner était encore l’une des occupations préférées de Monsieur S. Elle lui interdisait d’écouter de la musique tard dans la nuit, même s’il était insomniaque depuis toujours. Elle empêchait ses enfants de le fréquenter pour les protéger de ses idées qu’elle trouvait « bizarres », notamment son intérêt « immoral » pour les femmes. À table, lorsqu’il tentait de se joindre à la conversation, elle s’impatientait. Désabusé par l’attitude de sa fille, Monsieur S. prit l’habitude de manger seul dans sa chambre avec Lila, mais plus du tout dans les mêmes conditions, car sa fille ne voulait pas que la chienne s’asseye sur une chaise. Elle mit fin à ses promenades avec Lila et ses petits-enfants le jour où elle apprit que ces derniers avaient vu Lila se faire accoupler par un chien du voisinage, épisode qu’ils avaient trouvé non seulement excitant, mais drôle à mourir de rire. Quand Lila manifesta des signes de gestation, elle ordonna à son père de la donner ou de la faire détruire.

Entre-temps, Monsieur S, maintenant âgé de 75 ans, était devenu un vieil homme émacié aux mains tremblantes pouvant à peine ouvrir la bouche. Il commença à laisser tomber des objets et à se salir avec sa nourriture qu’il laissait tomber sur lui. En robe de chambre et en pantoufles à longueur de journée, hirsute, il restait assis en chuchotant des mots doux à Lila. À chaque fois qu’on entrait dans sa chambre sans frapper, il avait l’air tellement coupable que sa fille voulut savoir pourquoi. Elle prit donc l’habitude de rentrer dans sa chambre à l’improviste en espérant le prendre la main dans le sac. Un beau jour, surprise, elle le prit la main sur son pénis en train de se masturber sous les yeux de Lila qui le fixait du regard.

Folle de rage, elle traita son père de vieux cochon, l’accusa d’avoir des relations sexuelles avec un chien, en profita pour se vider le sac de tous les ressentiments refoulés depuis l’enfance lorsque sa mère lui confiait dans les menus détails les aventures amoureuses de son père. Deux heures plus tard, en dépit des implorations de son père, elle amena Lila à la SPA pour la faire détruire.

Quand elle est revenue, anxieuse et la conscience mauvaise, elle trouva son père lavé, rasé de près, habillé et le visage animé et souriant. Il lui dit qu’il sortait faire une promenade. « Enfin, lui dit-elle, après avoir végété pendant des mois, tu agis comme un être humain normal. »

Monsieur S. n’est pas allé bien loin. Il a prit l’ascenseur jusqu’au douzième étage, et sans hésiter… se jeta dans le vide, par la fenêtre du couloir.  »(9

Références

1. « Le millénarisme ». Wikipédia, l'Encyclopédie libre.
2. Richard Dawkins (2009). The greatest show on earth. The evidence for evolution. Free Press.
3. Lynn Margulis (1997). Slanted Truths. Essays on Gaia, Symbiosis, and Evolution. Copernicus.
4. Ibid.
5. Thomas S. Kuhn (1996). The structure of scientific revolution. The University of Chicago Press.
6. Steven Pinker (1997). How the mind works. Norton.
7. Maurice Mathis (1955). La vie des poux. Librairie Stock.
8. Kathleen Szasz (1964). Petichism. Hutchison.
9. Ibid.